l'Actualité de l'Union des Engagés Volontaires, Anciens Combattants Juifs 1939 -1945, leurs Enfants et Amis. - 10 juin 2017

Têtes couronnées, bonnets phrygiens,
tout un pan de notre manuel
d’histoire à revisiter 
du Pont Marie à Saint Louis en l’île
et du Pont Sully vers la Bastille !

 


Si pour conjurer le temps et sa morosité, nous allions goûter à la douceur de notre île de Saint Louis ?
Faisant écho à notre projet, Madame Marteau nous a proposé l’une de ses promenades dont elle a le secret.
Traversant la Seine par le Pont Marie, notre guide nous a menés tout au long de Saint Louis en l’île, vers l’insolite du résidentiel, hôtels particuliers et jardins, la vieille église du XVIIème dotée entre autres trésors, d’un orgue monumental qui chante les mariages et les enterrements des grands de notre société.


De retour sur rive droite par le pont Sully, notre balade nous a conduits vers d’autres lieux marqués du sceau de l’histoire, les vestiges des pierres de la forteresse de la Bastille qui font l’honneur du parc Galli, les espaces de verdure du quartier de l’Arsenal, lieu symbolique s’il en est, des ateliers des salpêtres et des poudres de Lavoisier.
Mais déjà en point de mire, ailes déployées, le Génie nous interpelle !
De ce pas, nous sommes allés à sa rencontre par les ruelles du Petit Musc «la pute y muse », de la Cerisaie, hier, Allée des Cerisiers du « Bossu » de Paul Féval, celle des Beautreillis en souvenir des anciennes treilles de l’Hôtel Raoul. Quelques pas encore vers le parc des amoureux à l’angle du canal Saint Martin, un clin œil sur le quai Bernard réservé aux fans de tango et nous entrevoyons enfin la célèbre Colonne de Juillet au beau milieu de sa non moins célèbre place, emblème des foudres révolutionnaires aux couleurs de la République !
Dernier « bastion » touristique par excellence, la Bastille bruissante encore des colères d’hier, actuelles aussi d’ailleurs … Mais place sublimée par l’implantation dans ce lieu populaire d’un palais dédié à la gloire des Arts de la Musique et de la Danse. Démocratisé comme son nom l’indique « l’Opéra Bastille » fait désormais la pige à Garnier et nous enchante de la magie de ses célèbres livrets, de ses fantastiques chorégraphies, divins spectacles auxquels nous, le populo, avons accès aujourd’hui et excusez du peu, dans l’un des joyaux les plus prestigieux de la capitale.
Quelques pas le long du canal Saint Martin vers les vestiges des murs d’enceinte de Paris construit en 1350 sous le règne de Charles V, et à deux pas, sur les pavés de la Bastille, toute la symbolique de 1789 à fouler du pied sur le tracé de l’ancienne forteresse !

Quel parcours magnifique à la redécouverte de ces quartiers en compagnie de notre guide préférée et par une des ces journées si douces à la balade !
Pour le plaisir de prolonger encore un peu le temps de la sortie, nous avons pris place dans un petit rétro du vieux Bastille au « Temps des Cerises » belle enseigne, bonne maison appréciée de tous … et bonnes vacances les amis, à bientôt !

Nadia Grobman