l'Actualité de l'Union des Engagés Volontaires, Anciens Combattants Juifs 1939 -1945, leurs Enfants et Amis. - 10 juin 2017

Anniversaire des 15 ans de notre activité 
« Visites et Sorties dans la capitale » 
1997 - 2012 
Année 1997, naissance des « SORTIES DANS PARIS »  
Activité menée par Nadia et Simon GROBMAN 

Depuis cette date « le bouche à oreille a fonctionné », l’activité a pris de l’ampleur et nous avons pris plaisir à réaliser plus d’une centaine de visites et sorties dans Paris. 
Ludiques et culturelles par excellence, elles sont aujourd’hui proposées et préparées, la plupart du temps, pour deux ou trois groupes puisque nous sommes aujourd’hui un très grand nombre de fans à partager cet engouement pour notre ville et son histoire que l’on feuillette au long des rues comme dans nos manuels d’écolier.

LA TOUTE PREMIERE !


Au rendez-vous du 28 mars 1997, rue de Grenelle, 13 amis adhérents s’apprêtent à goûter à cette nouvelle activité que leur offre l’Union.

En ce jour de la première prise de contact, Madame Marteau, guide conférencière du Louvre, non seulement nous fait découvrir la Fondation MAILLOL, les œuvres du célèbre sculpteur, mais déjà, elle nous initie au plaisir de nous attarder sur le style architectural de l’édifice, sur l’intérêt de la sa façade ornée de «La Fontaine des quatre saisons », réplique du célèbre cabaret de Jacques Prévert.
Rapidement, elle a su nous transmettre sa passion, et sous sa directive, nous sommes devenus des observateurs très attentifs aux styles des monuments, des édifices parisiens classés ou non… du flamboyant, au gothique, renaissance, haussmanien, etc… 

Orientées à la recherche de l’historique du quartier, nos pas nous mènent vers les maisons modestes ou fastueuses de ceux des grands de notre histoire qui ont vécu et gravité au long de ces rues. Nos promenades nous remémorent l’histoire des évènements que l’on retrouve gravée sur une plaque, un mur, une sculpture, un monument, parfois une enseigne, un jardin… 

Les pavés de notre capitale gardent encore aujourd’hui trace des immortelles empreintes de tous ces géants, de leur vécu, de leurs œuvres, de leurs actions. 

En 15 ans, combien de rendez-vous fixés devant un square, un statuaire, une fontaine, une station de métro, un musée, une galerie… pour aller à la découverte du « Paris mon village » et de son histoire. 
En 15 ans, que de rues déambulées à la rencontre des bâtisseurs de la Lutèce d’antan et de tous ceux qui, au cours des siècles ont façonné, sculpté, embelli, modernisé, agrandi, «jardinisé » notre capitale pour faire de notre Ville Lumière la plus belle ville du monde ! 

Et pour prolonger le temps de nos rencontres, quel plaisir de déjeuner ensemble, peu importe 

le coin accueillant, une boulangerie branchée, une cafète, un petit restaurant, prenant ainsi le temps de confronter nos points de vue et nos analyses sur la visite du jour, et déjà de rêver à la suivante, quand ? où ?... 
Petit mémento des toutes dernières… en vrac…

« CHAGALL ET LA BIBLE »      

En partenariat avec le Musée National Chagall de Nice, le Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme nous offre le privilège de pouvoir découvrir plus d’une centaine des plus belles toiles de CHAGALL.
La bible est le lien qui unit « Moshé » au souvenir de ses parents, leur grande piété, Vitebsk, son village natal où il faisait bon vivre et de sa jeunesse marquée par le hassidisme. 
Chagall a puisé son inspiration dans la lecture des traductions bibliques du poète YEHOHESH et il consacrera 30 ans de sa vie à l’illustration de la « bible de Moïse ». Raphaëlle Krigier, excellente conférencière, investie de l’histoire du judaïsme, a su nous initier sur le sens biblique de chacun des tableaux exposés. 


« L’exposition des monnaies et antiques à la Bibliothèque Nationale Richelieu, richesse des trésors du patrimoine de France ».

 

Madame Marteau, ce jour-là, nous a fait découvrir l’un des plus inestimables joyaux du patrimoine. Jamais nous n’aurions pu imaginer trouver en ce lieu tant de merveilles jalousement sauvegardées depuis le début des siècles. 

Merveille des bijoux, camées, médailles, ivoirines, estampes et manuscrits, documents uniques, présentés sous vitrine devant lesquelles nous sommes restés « scotchés », subjugués par la magnificence de se trésor gravé, sculpté par de sublimes artisans, créateurs d’art, dont nous avons pu admirer le grand talent.
Quant au luxe et à l’extravagance des « galeries Déododat, Choiseul, Vivienne » qui jouxtent la BNF, elles nous ont amusés juste un instant, le temps de les traverser.


Et toujours la Butte !                                       

Avant de grimper jusqu’au parvis de la Basilique et d’entreprendre notre balade  dans ses charmants jardins, nous avions rendez-vous sur la jolie place des Abbesses, devant le parc des messages de Paix et d’Amour, universels « Mots d’Amour » peints en blanc sur le bleu-nuit du mur. 

De là, nos pas nous ont menés sur les traces de tous ceux « artistes ou vagabonds » qui ont passionnément aimé Montmartre. 

La Butte, ses escaliers, ses vignes et ses moulins, ses rues et ses ruelles, ses poulbots, ses maisons aux enseignes qui nous racontent le village de Montmartre, tous ces paysages dont nous ne lassons pas, d’où l’on voit Paris d’en haut, d’où à chacune de nos promenades nous découvrons tant d’autres attraits…

Dans le but de dénicher les luxueux hôtels particuliers du quartier de la rue du Bac, belle pro
menade dans l’une des plus longues rues de la capitale.

Première étape, le Bon Marché, devant l’imposant statuaire du square Boucicaut du nom du créateur du « Bonheur des dames ». 
Pour aller à la découverte de ces fameuses résidences, hors la vue, Mme Marteau nous a fait traverser les parcs de verdure qui les entourent et les dissimulent parfaitement. Tout en admirant leur magnificence, notre guide nous a rappelé l’histoire et l’historique de chacune d’elles. 
Deuxième volet de notre sortie, l’édifi
ce des « Missions Etrangères » sa chapelle, son musée et dans le vaste parc qui l’entoure, l’imposante cloche tibétaine qui semble trôner en symbole du sacrifice des frères missionnaires en terre asiatique. En fin de parcours « le Lutétia »…

Comme s’étaient illustrées Rachel et Georges Sand à la naissance du romantisme, Berthe Morisot a su s’imposer dans le monde des impressionnistes aux côtés de Manet, Degas, Renoir, Sisley… 
En passant par les jardins du Ranelagh, malgré l’orage, sous une pluie battante, nous nous sommes tous retrouvés à Marmottan pour apprécier la beauté des œuvres de Morisot, délicate et délicieuse Morisot.
Magnifique présentation de ses plus belles toiles dans ce musée, devenu par excellence, depuis 1932, musée des impressionnistes. 

Mais voici le temps des vacances qui approchent à grands pas.

Avant de prendre nos quartiers d’été, nous nous sommes retrouvés près de la Rotonde du Parc Monceau. Douceur d’une balade dans ce vaste parc de verdure de Paris. Bassins et parterres fleuris agrémentés de vestiges de pierres, statues, statuaires, toute une page d’histoire de France ! Et par les rues environnantes de Monceau, nos pas nous ont menés près des musées Camondo et Cernushi, de l’Ambassade d’Algérie et jusqu’aux résidences qui ont appartenu aux Rothschild et aux Meunier, singulièrement plus élégants, plus impressionnants de beauté les uns que les autres. 

Monceau sera la dernière du cycle ! 
Quel beau programme réalisé cette année ! 
Et déjà quelques idées pour la rentrée…

  Nadia Grobman  


Et je garde pour conclure l’une de nos incroyables visites « Relais et Châteaux », plaisante journée de campagne pas
sée en Vallée de Chevreuse.  Après avoir déjeuné dans les délicieux jardins de notre conférencière, captivante balade dans le vaste domaine de « l’ABBAYE des Vaux de Cernay et de ses dépendances ». 
En pleine nature, fabriques et plans d’eau aménagés, bois et prairies, les vieilles pierres de Cernay nous racontent le passé séculier de l’Abbaye dépeint par notre guide compétent en la matière.