l'Actualité de l'Union des Engagés Volontaires, Anciens Combattants Juifs 1939 -1945, leurs Enfants et Amis. - 10 juin 2017

 


de la Conciergerie au Jardin du Vert Galant

Tout un pan de l’histoire de France de la Lutèce à celle du Paris d’aujourd’hui.

Petit historique.

«Le Palais de la Cité fut la résidence et le siège du pouvoir des rois de France, déjà bien avant le moyen âge.

An de grâce 300 - La première bâtisse fut construite près des rives de la Seine dans la partie fortifiée de la ville.

1302 - Philippe le Bel fit aménager, style gothique, la Grande Salle du Palais non seulement en un lieu de réception mais également en un lieu de justice dit «les lits de la Justice». Sur une supeprficie de 1800 m2, supportée par une file de piliers séparée en deux nefs, cette salle est aujourd’hui classée :

« le plus grand vestige d’une salle civile médiévale d’Europe ».

Dite salle des «Gens d’Armes » elle avait la capacité de pouvoir servir de réfectoire aux 2000 serviteurs attachés au service du roi ! Inoui !

Du Marché aux fleurs et de la Conciergerie jusqu’à à la pointe de l’Ile de la Cité, c’est l’histoire de Paris avec un grand H que nous allons revisiter.

Et de page en page, sur les traces des mérovingiens, carolingiens, capétiens, de la Renaissance, de Dagobert à Saint Louis, Philippe Auguste, Philippe le Bel, et tous les Louis …

le Palais de la Cité fut résidence des rois de France jusqu’aux temps de la Révolution et des jours sinistres de la Terreur.

La Conciergerie devint alors lieu d’enfermement de milliers de détenus en attente de leur jugement précaire et de l’instant où la charrette les mènerait à la guillotine. 

De nos jours, moult fois modifiée, agrandie, aménagée, embellie, sa majesté la Conciergerie s’étale paisiblement en surplomb des quais de Seine. »


Chers amis, quoi de plus symbolique que de reprendre aujourd’hui nos sorties dans Paris en renouant le temps d’un instant avec les manuels de notre enfance. En compagnie de Madame Marteau, c’est toujours un plaisir !

Fin prêts pour amorcer notre visite du lieu agrémentée d’une promenade dans les alentours de l’Île où dans un premier temps, en nous ménageant une petite halte aux Tours d’Argent, de César et de l’Horloge, notre guide émérite et appréciée nous a menés du Marché aux Fleurs à la Conciergerie.

Quelle surprise en y pénétrant de découvrir l’importance et la somptuosité des salles médiévales et des vestiges qu’elles contiennent ! Par contre, oppressante la partie devenue prison. Oppressant ce quartier plongé dans une obscurité quasi-totale, le haut des voûtes pour seul dégagement. Comment ne pas faire de transferts… De la salle des procès aux cachots grillagés, réduits munis de paillasses ou améliorés d’une couche, d’un seau, des restitutions de la geôle de Marie Antoinette, de la salle des gardes : sur son épaisse table de bois sombre, une lanterne, d’énormes trousseaux de clefs, l’horrible paire de ciseaux à cheveux… et par des portes basses et étroites, le dernier chemin à parcourir avant l’échafaud.

Oh, Liberté chérie ! Un souffle de soulagement en retrouvant l’ai libre !

Avec délice sous une brise presque marine, sur le quai des Orfèvres nous longeons la Seine vers l’élégante petite place Dauphine, lieu de prédilection des «gens de robe» avant de descendre sous le pont Neuf pour atteindre la pointe de l’île.

Figure de proue superbement auréolée de la beauté d’un saule, le parc du Vert Galant semble fendre la Seine pour nous faire don de la générosité de ses deux rives !

Dans le Paris d’antan, cette partie de l’île était composée des ilots du Patriarche, des Vaches et de la Gourdaine. Quant à celle dite « l’île aux juifs» … ainsi nommée en raison des exécutions perpétrées lors des persécutions antijuives ordonnées par Philippe le Bel, elle deviendra « l’ile aux templiers » dans laquelle en 1314, Jacques de Morlay et Geoffroy de Charnay, grands maîtres de l’ordre du Temple, périrent sur le bûcher.

Rendons leur hommage dans ce petit jardin plein de charme qui se reflète aujourd’hui dans les eaux de la Seine et offre à ses visiteurs un havre de paix, refuge des amoureux et des moineaux de Paris.

Mais nous n’avons pas voulu nous séparer sans aller prendre un verre dans un charmant troquet du bord de l’île ! Quoi de plus savoureux pour « célébrer » 2016 et sa bienveillance !!!


Nadia Grobman

Sortie de Paris du 26 janvier 2016